Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/08/2009

21. TOUT VA TRÈS BIEN

Je suis allongé sur un banc public dans le centre de la ville, un mégot aux babines, c’est le triste printemps de Montréal, un printemps de ciment sale, de poussière et de déchets absurdes, il est six heures du matin, le quartier est totalement désert, je lève les yeux vers les grands buildings rutilants qui m’entourent, je souris dans ma barbe de quatre jours, tout le monde semble être à peu près conscient que notre monstrueux Titanic fonce à toute vapeur vers la catastrophe, et pourtant il ne se passe rien, les passagers pleins d’insouciance continuent de faire la fête, de s’étourdir, de vaquer à rien, tandis que dans la cabine de pilotage les officiers fous aboient : « Plus vite ! Toujours plus vite ! »

26/08/2009

22. DE LA TYRANNIE DU GOÛT

Si les gens étaient plus beaux, je les aimerais peut-être, je n’en suis pas tout à fait certain.

25/08/2009

23. SOIR D'AUTOMNE

Quel plaisir que d’être triste et seul et de boire de l’alcool.

24/08/2009

24. LE CORPS BOUFFON

Il est une question que l’on pourrait, que l’on devrait poser à tout le monde : si vous aviez le pouvoir de refaire votre corps, que changeriez-vous, que conserveriez-vous, et pourquoi ? À partir des réponses apportées à cette question, il serait possible d’assembler un beau florilège de profondes souffrances et de rares délicatesses, sans doute, mais aussi et surtout d’abêtissantes narcisseries et de punissables âneries à cravacher l’idiot dénaturé, à lui faire payer à coups de fouet l’aberration de son idéal insultant le si simple goût que peut mettre un chevreuil, par exemple, à habiter sa machine inutile, c’est-à-dire son propre lui-même.

23/08/2009

25. TERRE DES HOMMES

Ils acceptent de circuler sous terre pour que les camions qui transportent des caisses de navets et des magnétoscopes puissent rouler librement dans les rues des villes.

22/08/2009

26. LA FAIBLESSE N'EST PAS MON FORT

Cette nuit, les coups qu’ils m’ont donnés m’ont consacré.

21/08/2009

27. PAYE, JOCRISSE !

On passe la première moitié de sa vie à essayer de trouver des raisons de croire en soi-même et de croire en l’humanité, des raisons de se respecter soi-même et de respecter l’humanité, et la seconde à regretter d’avoir fini par en trouver.

20/08/2009

28. ON PROUVE PAR DES PREUVES

Avril, la nuit marbrée d’odeurs de terre excrémentielles / sur le trottoir, une merde de chien écrasée, en forme de cœur, aussitôt rapportée dans la chambre pour la photographie.

19/08/2009

29. DANS LE MOT "AMIS", IL Y A AUSSI LE MOT "MAIS"

La plupart des gens n’ont pas d’amis, de véritables amis, ils n’ont que deux ou trois sujets de conversation, généralement assez restreints – et encore.

18/08/2009

30. TROP C'EST TROP

Un seul nazi assassinant un seul Juif suffit à me faire désespérer de l’humanité entière : et si j’étais ce Juif ? et si j’étais ce nazi ?