Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/10/2009

22. MOI ET L'AUTRE

Tocqueville prédisait que l’une des conséquences ultimes du développement de la « démocratie » pourrait bien être l’opposition de plus en plus marquée entre un moi hypertrophié, d’une part, et, d’autre part, l’humanité entière. J’ai donc été prévu : de nos jours, en effet, il y a l’universel, il y a le local, et il y a le bocal.

05/10/2009

23. LES ALÉAS DE LA DÉBINE

Je profite de conditions de vie qui me permettent de me pencher tout à mon aise, d’une manière quasi infinie, sur n’importe quelle niaiserie susceptible de me passionner, à commencer par la mienne.

04/10/2009

24. CHERCHEZ L'ERREUR

Toutes les statistiques le prouvent : le taux de mortalité des « autochtones » du Canada est beaucoup plus élevé que celui des « blancs ».

03/10/2009

25. DES NOUVELLES DU FRONT

Les joyeux drilles de la Sécurité du Revenu viennent de lui dégoter une espèce de faux emploi du côté des poubelles de la société, un secteur dont j’entends dire qu’il est actuellement en pleine croissance. Il ne s’agit pas à proprement parler de travail obligatoire, mais de ce qu’on pourrait appeler un « emploi du temps », en quelque sorte. Quatre heures par jour, depuis deux ou trois semaines, il remue de la poussière dans un vague local où les putes et les mendiants du quartier peuvent aller se jeter un petit café ou échanger leurs seringues usées contre des flambant neuves. Il en a fait du chemin depuis Penfield Avenue. Elle est loin à présent l’époque bénie où il plastronnait chez Cossette, la fameuse agence de pub pendue au flanc du Mont-Royal comme à la mamelle d’une truie bien grasse, bien prospère. Hélas, mon ami, les chemins qui ne montent pas vers les ciels d’argent ont une fâcheuse tendance à conduire vers le bas de la ville et puis la racaille et l’ordure. Après, il n’y a plus que le fleuve, on ne peut pas aller plus loin, à moins d’y piquer une tête entre l’étron et le poisson mort. C’est ce qu’on appelle par ici le « boutte de la marde ».

02/10/2009

26. PETIT HOMME

Se demander où est passé Dieu, c’est grandir vers le bas.

01/10/2009

27. CE N'ÉTAIT QU'UN RÊVE

C’est évidemment le rêve nocturne qui a donné à l’animal humain l’idée d’un au delà – pur produit d’une conscience concevant une existence faite d’une présence absente.

30/09/2009

28. FARCES ET ATTRAPES

On peut compter sur les doigts d’une seule main les expériences capables de susciter un sentiment suffisamment chargé d’horreur, de grandeur ou d’absolue stupeur qui ait le pouvoir de faire se dresser l’homme tout entier devant l’entièreté de son négligeable lui-même, de la terrible insignifiance qu’est toute existence, y compris la sienne propre. Moi, par exemple, je serais apparemment, depuis peu, le « père » d’une sorte de prodigieuse petite créature au doux regard bleu dotée d’une étonnante et irrépressible vitalité. Moi, le bout de viande aux yeux morts, j’aurais saucé un morceau de ma carcasse dans l’océan de la Vie, je me serais débarrassé sans m’en soucier de quelques gouttes de mes sécrétions, et du mélange hasardeux de mes sucs et de l’eau de la mer serait né cette espèce de fabuleux poisson. Ils appellent cet inconcevable tour de magie la paternité, mon vieux. Enfin, il paraît que de certaines mixtures faites à partir des déjections des hommes, la vie arrive à se produire, comme ça, miraculeusement, tout à coup. Voilà une de ces occasions que l’existence nous donne de vaciller tragiquement sur notre socle, une de ces rarissimes expériences susceptibles de nous jeter à bas de nous-mêmes et de nous faire éclater en mille morceaux plus dérisoires que les débris de nos misérables jours. Il n’y en a pas beaucoup d’autres qui feront surgir devant notre nullité, avec une pareille intensité, une telle urgence, leur impitoyable exigence, celle de plonger notre regard jusqu’au fond du monstrueux sac à déchets que nous sommes, de mettre toute notre effroyable pourriture et toute notre âme en équilibre dans les deux plateaux de la balance, afin que nous puissions nous juger nous-mêmes pour ce que nous sommes réellement, pour une fois.

29/09/2009

29. CE N'EST PLUS DE LA MÉMOIRE, C'EST DÉJÀ DE LA CUISINE

La journée d’hier est parfaite, je n’y touche plus.

28/09/2009

30. "LE QUÉBEC AUX QUÉBÉCOIS"

J’ai beaucoup ri le jour où j’ai appris qu’il existait ici une chose qu’on avait appelée, sans doute d’une façon tout à fait appropriée, « la Table de concertation sur la faim du Montréal métropolitain ».

27/09/2009

31. LE MEILLEUR DU PIRE

Le véritable courage, c’est de vieillir, c’est-à-dire d’endurer.